9 Rue Tverskaïa

Au 9 rue Tverskaïa, se dressait une toute petite échoppe,
D’où s’échappait des vapeurs chaudes et des fumées bleutées.
Antonin Kovsky y servait du thé depuis des années,
Dans un décor magique figé au temps de la Belle Époque.

Un jour, une femme arriva juste après l’ouverture,
Antonin la dévisagea à travers les vitres embuées.
S’approchant d’elle, il fut frappé par ses yeux mordorés,
Qui semblèrent s’allumer quand elle ôta sa fourrure.

Tout en commandant un thé épicé et une part de babka,
Elle lui indiqua qu’elle n’avait pas de quoi le payer.
Il demanda alors comment elle comptait le régler.
La femme lui répondit qu’elle le ferait du son de sa voix.

Antonin pensa alors qu’il s’agissait d’une artiste,
N’étant pas contre de l’entendre chanter contre un simple thé,
Il servit la femme et se laissa un peu plus envoûter,
Quand déposant la tasse, il surprit son regard triste.

Tout en servant ses spécialités aux nombreux habitués,
Il remarqua que la mystérieuse cliente était partie.
Comme il se sentait bête d’avoir ainsi été trahi.
Le reste de la journée lui pesa alors comme l’éternité.

S’apprêtant à ouvrir son salon, une forme noire l’intrigua.
Il trouva un gros chat qui attendait près de l’entrée.
Charmé par l’intensité de ses très beaux yeux dorés,
Il crut entendre le murmure d’une femme quand le félin ronronna.

Pourquoi

J’ai souhaité réaliser un parfum qui serait animé par l’atmosphère de l’échoppe. Des épices, du thé et une odeur d’encens un peu mystique. Le parfum se fait plutôt doré et chaud quand vient l’heure de se lover dans la fourrure soyeuse du félin.

Notes

Noix de Muscade, Gingembre, Cumin, Thé noir, Fleur d’Oranger, Encens, Ciste, Ambre, Vétiver, Musc, Yerba Maté

Si 9 Rue Tverskaïa était un son…